Bonjour mon petit "pain d'épices",

Aujourd'hui, après ton appel de tout à l'heure,
j'ai eu envie de me livrer à un "exercice d'auto-torture sur mon âme".
Voilà ce que cela donne.
Rien que d'écrire ces quelques mots, je me suis mis l'âme à l'envers...

Ma vie sans toi...

Quelquefois, je me lève, et je regarde le temps qu'il fait.
Il y a un peu de vent, du soleil, ou de la pluie, tantôt il fait chaud, tantôt il fait froid, ça dépend du mois, ça dépend de l'année.
Comme partout d'ailleurs...
Je capte aussi quelques nouvelles du monde des "humains", il faut bien...
Mais c'est un autre espace temps que le mien.
J'ai un drôle de temps, à vrai dire.
Assez commun, ennuyeux, quelconque même.
Dire que tous mes jours se ressemblent, c'est horrible. Mais c'est pourtant la vérité.
Je vis derrière un voile opaque qui occulte ma vie. Je ne fais plus rien.

Je prends une douche. Je me sers un café, j'avale une tartine, je me ressers un autre café. Je me brosse les dents. Je nettoie mes lunettes.
Je gloutonne un paquet de "bonbecs".
J'ouvre le réfrigérateur. Je me fais à manger. Bon ! Je n'ai même pas faim, mais disons que ça m'occupe un minimum...
Neil young et King Crimson me noient dans leur immense mélancolie...
Je disparais, je m'efface de la surface de la terre , je deviens anonyme chez les anonymes...

Tant d'occupation ! Monotones, vides, creuses ternes banales... Toute ces choses futiles et inintéressantes deviennent mon univers.
Rien n'importe plus...
Me bichonner devient la chose la plus passionnante que je fais de ma journée.
C'est le but du jour. Ça me prend une heure. Je fais ça impeccablement. Presque avec délectation.
Et pendant une heure, je ne pense à rien d'autre. Je rase, je crème, un poil ici, un poil là. Tiens ! Une ride de plus...
Oh ! Un cheveu blanc... Il n'était pas là hier celui-là !
Je ne me dis même pas que c'est nul, stupide ou ridicule.
Seulement, lorsque je relève le regard, je ne vois dans le miroir, qu'un immense vide au goût amer.
Et j'ai beau faire, j'ai beau me révolter et chercher tout au fond de mon âme le courage de, de... Je ne trouve que toi... et j'ai beau hurler...
Rien ne change...
Je suis plus qu'une ombre triste, lisse et dure.

Je téléphone, je parle à quelqu'un, j'envoie un mail, je paie une facture.
Est-ce hier que j'ai mangé des pâtes ou il y a trois jours ? Tout se ressemble.
Pas besoin de savoir quel jour nous sommes, puisque tous les jours se répète le même rituel tragique qui m'épuise.
Alternativement, j'explose et j'implose de l'intérieur, mais je ne suis plus qu'un "trou noir" dont plus rien ne sort.

Tout est devenu insipide, terne, triste.

Je ne suis plus qu'une illusion qui se démène dans cet univers et que personne ne voit.
Le regard des autres ne m'intéresse pas particulièrement, je ne suis pas comme ça.
Mais je ne vois plus rien...
Il n'y a plus d'êtres humains dans mon monde...
En cours, au sport, au cinéma, au spectacle, dans les magasins... Rien !
Il n'y a plus que moi, noyé à l'intérieur de ma vie, ne respirant plus, je ferme les yeux et je ne sais plus qui je suis, je ne me reconnais plus...

Et perdu dans les tréfonds de ce monde éteint, je me torture à imaginer demain...

Sans toi...

...A...